Couvent Ste Marie de la Tourette, Le Corbusier, Eveux

Conférence de Frère Marc Chauveau

LE COUVENT DE LA TOURETTE : LIEU DE RENCONTRE AVEC LES ARTISTES D’AUJOURD’HUI, DANS L’ESPRIT DU RENOUVEAU DE L’ART SACRE DES ANNEES CINQUANTE

« Il y a 50 ans décédait Le Corbusier. C’est à lui que les Dominicains de Lyon passèrent commande en 1953 pour construire La Tourette, couvent de formation destiné aux frères de la Province dominicaine de Lyon. A l’époque, le choix de l’architecte s’inscrivait dans le mouvement du renouveau de l’art sacré au tournant des années cinquante sous l’impulsion des Pères Couturier et Régamey, dominicains, directeurs de la revue L’Art sacré. Ils prônaient « l’appel aux grands artistes » de leur temps. Pour eux, être chrétien n’était pas le critère. Leur critère était l’excellence et leur mot d’ordre de « parier sur le génie ». Au début des années cinquante des réalisations emblématiques de ce renouveau voient le jour. Rappelons pour mémoire l’église du Plateau d’Assy où travaillèrent Bonnard, Braque, Chagall, Léger, Lipchitz, Lurçat, Matisse, Richier et Rouault, mais aussi la chapelle des Dominicaines de Vence conçue par Matisse ; l’église d’Audincourt avec les vitraux de Bazaine et Léger ; enfin l’église de Ronchamp par Le Corbusier. C’est dans ce contexte de renouveau de l’art sacré que les Dominicains de Lyon sollicitent Le Corbusier pour le couvent de La Tourette, dans lesquels ils s’installèrent en 1959.

Depuis 2009 les Dominicains de La Tourette, organisent des expositions d’art contemporain. Leur souhait est que le couvent soit résolument ouvert sur le monde d’aujourd’hui et notamment sur la création artistique contemporaine. L’audace manifestée par les Dominicains dans le choix de Le Corbusier, il y a plus d’un demi-siècle, perdure aujourd’hui avec l’organisation d’expositions qui sont conçues comme des rencontres entre les œuvres d’un artiste plasticien et l’architecture de Le Corbusier.

L’objectif est de susciter un dialogue fécond entre patrimoine architectural et création contemporaine. Bien plus que de simples expositions, ce sont des rencontres qui ont lieu chaque année à La Tourette entre des artistes importants de notre époque et des murs de qualité architecturale exceptionnelle, où vit toujours la communauté religieuse pour laquelle ils ont été conçus. François Morellet en 2009 ; Véra Molnar, Stéphane Couturier et Ian Tyson en 2010 ; Alan Charlton en 2011 ; Éric Michel en 2012 ; Anne et Patrick Poirier en 2013, Philippe Favier en 2014 et Anish Kapoor en 2015 se sont succédés pour tenter l’aventure de cette rencontre. Ces expositions ont montré combien les œuvres prenaient place naturellement dans le bâtiment, tant le dialogue qu’elles instauraient avec l’architecture se révélait juste. Il en résultait un renouvellement du regard, à la fois sur le bâtiment et sur les œuvres. » Frère Marc Chauveau

Frère Marc, né à Paris en 1962 dans une famille ouverte à l’art contemporain, a suivi un triple cursus en droit, histoire de l’art et théologie. Entré au noviciat des Dominicains en 1994, il est ordonné prêtre en 2001 et assigné au couvent Sainte-Marie de La Tourette. A l’occasion du cinquantenaire du couvent, construit par Le Corbusier, il organise une exposition d’art contemporain en invitant François Morellet et, depuis, invite chaque année un artiste, le dernier en date étant Anish Kapoor. Pour l’automne 2016, il prépare une exposition de groupe Lumière et silence avec des artistes comme Michel Verjus, Frederica von Rauch, Jaromir Novotny… Frère Marc assume un rôle de conseil auprès des dominicaines de Vence et, à ce titre, prépare l’ouverture pour l’été prochain d’une galerie consacrée aux dessins préparatoires de Matisse pour la chapelle. Il a aussi accompagné pendant trois ans les dominicaines de Montferrand-le-Château près de Besançon, avec la complicité de l’artiste Jean-Marc Cerino, dans la réfection de la chapelle consacrée au Père Lataste, fondateur, sous le Second Empire, d’une congrégation de sœurs avec des femmes sortant de prison. Il est souvent invité à donner des conférences, notamment sur la dimension spirituelle dans l’art contemporain.



Conférence organisée par Les amis du Printemps de septembre 
avec le concours de la Fondation Bemberg

Marci 5 avril 2016 à 18h30
Fondation Bemberg
Place d’Assézat
31000 Toulouse